FIA logoFIM logo

Sebastien LOEB

(fra) 1.71m / 68kg

Loisirs

Sport automobile, hélicoptère

Sponsors

Red Bull, BRX, Sébastien Loeb Racing

Véhicule

Marque : BRX
Modèle : Hunter
Motorisation : V6 bi-turbo essence
Puissance : 400 cv
Poids : 1850 kg
Longueur : 4,50 m
Préparateur : Prodrive
Assistance : BRX
Classe : T1.1, 4x4 tout-terrain modifiés essence

Palmarès

2022 : Abu Dhabi Desert Challenge (8e) / Rallye du Maroc (56e) / Andalucia Rally (1er) / 2e du W2RC
2021 : Baja Aragon (7e) / Championnat Extreme-E
Neuf fois champion du monde WRC (en 2001 et de 2004 à 2012)
3e du championnat du monde WTCC (en 2014 et 2015)
2e des 24 Heures du Mans (2006)
4e du championnat du monde de Rallycross (en 2017)
Vainqueur de Pikes Peak en 2013

« Tout va dans le bon sens »

Le plus grand pilote de rallye de tous les temps a adopté en 2016 un profil modeste qui correspond à son tempérament discret et réservé pour aborder le défi du Dakar. Mais une fois embarqué dans sa Peugeot 2008 DKR pour ses premiers tours de roues, son coup de volant a fait des ravages. La question s’est même rapidement posée de savoir s’il parviendrait à s’imposer à sa première participation, comme l’avait fait Ari Vatanen en 1987. Mais l’Alsacien est parti à la faute, puis a connu les années suivantes des erreurs de navigation rédhibitoires, la blessure de son copilote, des casses mécaniques qui font voler en éclats les projets de victoire… bref, une panoplie bien complète des pépins qui peuvent perturber les prétendants au titre sur le Dakar. Pour autant, le nonuple champion du monde n’a jamais abdiqué et a repris du service après la fin de l’aventure Peugeot. D’abord en 2019 au volant d’une 3008, engagée cette fois-ci par PH Sport, avec laquelle il a signé un 2e podium final sur le Dakar (3e). Puis en 2021, il a été séduit par l’ambitieux projet de l’équipe Bahrain Raid Xtreme, qui s’appuie sur la structure ProDrive largement titrée en WRC. Mais c’est l’année dernière que Loeb a exploité le plus efficacement le Hunter, parvenant même à s’engager dans une course-poursuite derrière Nasser Al Attiyah, dont il a été l’ultime rival jusqu’à l’arrivée, une fois encore sur le podium (2e). Après l’explication saoudienne, le duel a continué tout au long de la saison de W2RC, avec une confrontation bien plus serrée, puisqu’il dominait d’un point le classement après la manche d’Abu Dhabi. Au final, le « zéro » affiché sur le Rallye du Maroc pour le classement général après deux problèmes techniques (12 pts quand même marqués sur les étapes) l’a privé d’une dernière bataille pour le titre, mais Loeb et son copilote Fabian Lurquin se sont tout de même imposés sur l’Andalucia Rally et restent donc sur un succès. À l’attaque du Dakar, ils devront non seulement en découdre avec le champion du monde qatarien, mais aussi résister à la montée en gamme des Audi, déjà prometteuses l’année dernière dans les mains de Stéphane Peterhansel, Carlos Sainz et Mathias Ekström. La victoire sur le Dakar, c’est le titre qui manque à la collection de Loeb.  

S.L. : « Sur le Dakar comme sur le reste de la saison, on était dans le coup. En performance pure, on rivalise avec Nasser Al Attiyah et Mathieu Baumel. C’est une bonne chose. Pour les battre, il faut faire une course parfaite. Ils font très peu d’erreurs, ils arrivent à sentir les pièges. Sur certains terrains je suis capable d’être plus rapide que lui, mais pas partout : la qualité de pilotage que j’aimerais lui prendre, c’est sa lecture du terrain sur les grands plateaux ondulés et les dunes, quand on n’a pas de visibilité. C’est son expérience du désert qui lui apporte ça. Nous avons aussi eu quelques problèmes de fiabilité, mais ils ont commencé à se régler avec l’expérience de la saison, normalement ça ne devrait pas se reproduire sur le Dakar. Nous sommes donc mieux préparés que l’an dernier, d’autant plus que nous avons par exemple pu améliorer notre collaboration dans la voiture avec Fabian. Tout va dans le bon sens. Nous savons que les Audi vont être aussi très forts, mais en tout cas on s’est bien préparés. C’était important de rouler régulièrement puisque nous sommes un team plutôt jeune dans la discipline. Je suis monté trois fois sur le podium, j’ai toujours remporté des étapes, mais je n’ai jamais gagné. Il faut réussir à éviter tous les problèmes, les erreurs, et en plus le Dakar de cette année s’annonce exigeant. C’est mon objectif principal, cela fait plusieurs années que me bats devant ». 

Classement 2023

Total Dakar Abu Dhabi Desert Challenge Sonora Rally Desafio Ruta 40 Rallye du Maroc
87 40 + 47
(2.)
- - - -